Cette année nous nous sommes retrouvés dans le massif du Vercors à Saint-Laurent-en-Royans.
Plus nombreux, nous avons accueilli nos premières féminines, Fabienne et Michelle.
Nous sommes arrivés vendredi soir, découvrant notre nouveau gîte.
Un beau gîte en terrasse, comment recherche-t-il ?
Des relations, de la clairvoyance, de la chance ! !
Bravo Philippe.


Cadre panoramique, seul face à la montagne et la vallée, calme, couleurs du soir au couché du soleil.
La disponibilité des hôtes de la maison, comme des princes, chacun trouvera sa place.
Valises posées, vélos déchargés et préparés, retrouvailles, et collectif pour la première difficulté de la journée, apéro de vin de noix et divers, premières montées et descentes.
Le repas qui suivi aurait pu nous tétaniser à l’idée du lendemain mais courageux nous avons bravé tous les excellents plats.
Dans la cuisine, il y a la maîtresse de maison Ginette et c’est Bocuse, Ducasse
Le vin de table a aidé grandement à ce repas gargantuesque.


Le lendemain nous retrouvons tout ce petit monde frais et dispo ainsi que Claude et Bernard nos sétois d’Andrésy, Fabienne, Celis, Gilles, Eric, Alain, Vincent Delaharpe hébergés en autre lieu par manque de place mais présents aux saintes messes.
Nous remonterons la partie descendue pour aller au départ à Saint-Jean-en-Royans, alors Coach le choix du gîte ? ? …….
Malgré la rudesse de certaines pentes, col du Mont Noir, nous allons évoluer dans un décor de rêve de ce massif du Vercors, vallons, aplombs, gorges, cirques, cascades, ruisseaux, routes accrochées à la montagne.
Fin de la première partie, place aux dortoirs de Villard-de-Lans, douche, atterrissage de parapentes et discussion sur la cuisson des pâtes.


Deuxième étape, derniers sommets, toujours au complet, des grands. Nous roulons vers les plateaux du Vercors, col d’Herbouilly, col Saint-Alexis, des montgolfières accompagnent nos efforts.
Pour finir il y eu le col de la bataille : la fatigue, la lassitude, les maux de chacun, l’interdiction de l’organisation, descente gravillonnée ces derniers jours.
Monter et redescendre le même versant, horreur, impensable, pas possible, inenvisageable, à l’intersection des deux routes descente ou montée, les casques fument.


Après analyse nos cyclos rejoindront l’arrivée, repas de l’organisation et pour certains baignade non obligatoire.
Nous ne dénoncerons pas les deux cyclos indisciplinés.
C’est qui, c’est qui demanda l’écho de la montagne ces deux courageux qui ont monté le col de la Bataille et surfé dans la descente sur le gravillon. (voir photo)
Nous finirons tous au complet réjouis, heureux de cette grande ballade au sein du Vercors.
De nouveau réunis au gîte après douche et relaxation nous continuons au vin de noix et divers trinquant à nos exploits et à l’anniversaire de Ginette notre hôtesse.
Le repas qui suivra sera, de nouveau dantesque oui on peut l’écrire comme ça, mais nous sommes sages.
Nous avions déjà un grand cinéaste, nous avons maintenant une belle voix, un chanteur de charme, à découvrir.


Le lendemain, petit déjeuner, vélos chargés, un au revoir et chacun repart dans le nord.
Ce texte ne sera pas assez long pour relater tous les mots et propos de chacun, qui permirent de passer un très grand moment ensemble dans la joie et la bonne humeur.
Merci à tous les photographes.
Vivement l’année prochaine.
A si, Gilles est resté.


Voici un lien pour avoir un aperçu des photos prises lors de ce weekend.

Photos Cyclomontagnarde Du Vercors 2017